Gueule de bois européenne

“C’est que vous n’avez réussi qu’à universaliser® l’identique® quand nous identifions® le Divers®. Vous faites de la pôlitique, soit. Mais nous, nous sommes des polyticiens” – Alain Damasio. Les Hauts® Parleurs®


Ce matin il fait gris, il est temps de retourner bosser, mais l’Europe se réveille avec la bouche pâteuse et traîne des pieds. Elle a déconné hier, et pas qu’un peu. Elle se disait qu’elle allait se lâcher un peu, juste une fois pour se soulager, que ce serait sans conséquence et qu’elle avait juste besoin de gueuler un coup, de se faire plaisir puis que ça passerait. Sauf qu’ils ont été trop nombreux dans ce cas là.

“C’est la faute à Hollande !” “C’est la faute à l’UMPS !” “C’est la faute aux abstentionnistes !” “Les gens expriment leur colère !”. Conneries.

Cela fait un moment que je me lamente devant la désinformation massive que l’on nous sert en France, mais on peut aujourd’hui tous contempler sa forme et ses ravages. Les media parlent du FN parce que le FN ça fait vendre. On leur alloue un temps de parole monstrueux tandis qu’on ponctionne celui des autres pour répondre à des questions sur “la montée du FN”. C’est insupportable de voir un pays aussi avancé qui malgré tout stagne au stade 0 de la communication et de l’information. Du coup, je me retrouve encore à expliquer que non, voter FN ce n’est pas montrer sa colère, c’est juste leur donner la voix qu’ils veulent. Ils se fichent de façon évidente que les gens soient fâchés – ils ne siègent même pas au Parlement Européen, ils ramassent simplement leurs 4000€ mensuels.

Pour les gens mécontents qui veulent exprimer un ras-le-bol du PS ou de l’UMP, l’envie de se tourner vers de vraies questions sociétales, sur l’écologie par exemple il suffit de donner du crédit aux verts, sur la culture, le partage et l’éducation on se tourne vers, je ne sais pas moi, le Parti Pirate… Tout, mais pas ça. Voter FN c’est envoyer un message à l’Europe et au monde disant qu’ici, en France, on est très bien tous seuls, qu’on veut rester seuls et qu’on veut stagner dans notre état actuel. Je n’ai pourtant pas l’impression que c’est ce qu’ils voulaient dire à la base ces gens, à la colère mal placée.

Tentatives de discussion avec ces gens à la colère mal placée

Comme je suis sûr qu’on en connait tous, voilà un résumé de la plupart de mes discussions avec les fameux innocents aux mains sales qui votent FN “mais pas parce que je suis fasciste attention ! Pour donner un avertissement”. Ouais, mais un avertissement quand y’a qu’un seul tour, merci… Quand on voit que les mêmes algorithmes se répètent lors de ces discussions, j’ai espoir qu’on puisse développer un protocole de réponse qui couvre à peu près tout le spectre de la connerie.

Petit pense-bête du savoir vivre à l’usage des obtus et des rétrogrades :

“Y’en a marre du PS et de l’UMP qui foutent rien !” – Michel, a voté colère

Je vois je vois. Et tu penses vraiment que les récolteurs de voix sans scrupules, adorateurs de la discorde entre les gens seront de ceux qui en feront plus pour faire avancer le pays ?

“Bah s’ils foutent rien ce sera pas pire de toute façon.” – Robert, aime stagner derrière

C’est sûr. Et mieux vaut soutenir une liste de gens qui, en plus de se rincer en restant chez eux, crient sur tous les toits la haine de tout et de tout le monde. C’est ce genre d’image qui va nous aider à nous unir et à construire.

“On s’en fout, l’Europe ce sont des voleurs, ils font que nous étouffer, nous on était bien avant.” – Jeanine, qui écoute encore F.H.

Ah oui, ce qu’on était mieux tous seuls et avant l’Europe. Qu’elle était chouette cette guerre de 39. Qu’est-ce qu’on s’est marrés en 14. Je vous raconte même pas cette fois avec les Prusses.

60 ans de paix, de progrès et de construction. Chions dessus, ça me paraît le mieux pour nous. Envoyons tout le monde se faire foutre parce que y’a pas de raison qu’on paye pour ces roumains et ces espagnols qui nous coulent. Tendre vers l’équilibre ? Mais, ça veut dire que ceux de devant doivent attendre ceux de derrière ? Hors de question, nous on vaut mieux. Ce qui laisse place aux réactions anti-européennes primaires :

“T’façon les roumains ils nous piquent notre travail !” – Monique, analyste économique chez Dacia

Ah oui ? Et pourquoi ça Monique.

“Bah parce qu’ils bossent pour rien là bas ! Ils ont un salaire de misère” – Monique, décidément bien éclairée

Hein, hein. C’est évident effectivement. Et du coup qu’est ce qu’on doit faire ? Les taxer à mort ? Baisser le SMIC français ? Augmenter leurs salaires ?

“Hé béééé, euh, j’imagine que si on était tous payés pareil on délocaliserait moins…” – Monique, dont on se rend compte qu’elle est encore récupérable

Bon, on avance, et du coup, d’après toi, comment on pourrait faire en sorte d’avoir un salaire stable pour tout ce petit monde ?

“Ben je suppose qu’une sorte de réglementation européenne qui…” – Monique, ravale sa chique

Naïf mais pas trop

Bien entendu, c’est un point de vue extrêmement parcellaire, et je ne suis pas non plus un grand économiste. Cela dit je me méfie beaucoup des “grands économistes” et cherche plutôt à me fier à la jugeotte et au bon sens. Évidemment que lorsqu’un groupe veut être solidaire, les premiers doivent attendre les derniers, mais est-ce si intolérable que ça ? Le but est-il vraiment d’arriver avant les autres ? Arriver où ?

La société n’est pas en train de faire un sprint, elle est en plein marathon, un marathon sans fin pour faire progresser l’humanité et surtout pour survivre. Et on ne peut pas réussir un telle épreuve en partant tête baissée, seul devant, jusqu’à mourir de fatigue. Lorsqu’on s’étalera par terre à bout de souffle, le peloton pourra passer tranquillement devant nous en se disant qu’il a fait le bon choix. Oui il mettra plus de temps, mais ça m’étonnerait qu’il s’en lamente.

Et merci pour rien

Pour en finir sur mon pamphlet tout à fait personnel et loin d’être exhaustif, je voudrais essayer de faire tourner les radars vers une autre population : ceux qui nous informent.

Forcément, lorsque quelque chose ne marche pas, avant de chercher comment le résoudre, on cherche plutôt qui blâmer. Les abstentionnistes ? Les fachos ? Le président ? L’UMP et le PS ? La réponse ne tient probablement pas en un article de blog, mais je tiens juste à souligner le manque de médiatisation aberrant dont ont souffert ces élections européennes ces dernières semaines.

Qui avait une idée du nombre de listes ? D’un bout de programme ? De l’importance qu’a le Parlement Européen dans la vie de tous les votants ? On ne peut décemment pas regretter que les gens votent “mal” en étant “sous informés” quand on ne les informe pas soi même. Aujourd’hui les media s’en donnent à cœur joie de leurs “analyses”, de leurs “réactions exclusives”, mais que m’en fiche-je (à dire cinq fois très vite) ? Est-ce que de savoir quelle figure politique “condamne fermement” les propos de Monseigneur-Racisme-Ordinaire va éclairer les français sur les enjeux menacés par le fait de s’abstenir ou de voter de façon réfléchie hier ? Enfin évidemment, que croyez vous qu’un français qui s’estime incompris va voter quand il lit et entend sur tous les canaux : “Les français en colère votent pour le FN” ?

J’ai l’habitude de poser plus de question que d’apporter des réponses, mais quand on lit ce qu’on lit et qu’on entend ce qu’on entend… je préfère ça. Et je profite du coup d’internet, où l’échange direct est possible, pour dire et lire sans subir de logique éditorialiste.

Sauce

Et parce que bien évidemment je ne suis pas le seul que ce dimanche électoral aura secoué, que je n’ai pas sorti cet article de mon cerveau autonome et omniscient, je pose ici quelques liens vers des articles et réactions qui m’ont aidé dans la structuration de ma publication. Je ne cautionne pas tout ce qui est dit dedans évidemment, mais ce sont des informations intéressantes à digérer.

2 Comments on Gueule de bois européenne

  1. Tout à fait d’accord avec ton article, notamment sur le manque criant d’éducation politique et de réflexion sur l’Histoire (ne pas reproduire les erreurs du passé).
    Mais on a aussi à mon avis un gros problème avec notre système politique. Je reste persuadé que le vote FN est principalement un vote anti-système, plus qu’un vote raciste. L’exécutif a de plus en plus de mal à gouverner, reculant face aux pressions de droite comme de gauche ; l’abstention est chaque fois plus importante et les présidents de la république battent un à un des records d’impopularité. Quelqu’un qui ne se sent plus écouté, bloqué voire oppressé, ira nécessairement soutenir celui qui sera le plus efficace à chasser le pouvoir en place. Ce phénomène se retrouve dans la montée des souverainistes en europe, comme du Tea Party ou des islamismes radicaux dans d’autres pays. En France, les médias gouvernementaux disent que l’ennemi à abattre c’est le FN, donc on vote FN.
    On ne vaincra pas l’extrémisme sans faire tomber les politiques en place, voire les institutions qui les supportent. La gauche n’arrivera pas à créer une véritable alternative tant qu’elle vivra dans l’ombre du PS. Et sans véritable alternative, les électeurs se réfugieront toujours vers le seul parti qui se montrera le plus efficace à chasser le pouvoir.
    Après ce n’est que mon avis (un peu long pour un commentaire), mais je reste persuadé que le manque d’éducation et de clarté d’esprit d’une bonne partie de la population ne peut pas tout expliquer à ce vote.

    • Je pense qu’on est d’accord si on entend que le concept “vote FN = vote Anti-système” est une illusion créée par l’effet de masse et la communication de ce parti. Dans les faits, il s’agit juste d’un vote savamment récolté grâce à la fausse promesse de ce qu’il n’est pas, à savoir une protestation. C’est pour cela que, selon moi, la vraie protestation réside dans le vote massif pour tous les petits partis qui, s’ils n’arrivent pas à canaliser suffisamment de voix pour devenir majoritaire lors d’un scrutin, permettent de représenter la diversité des opinions et la nécessité du changement face aux partis industriels qui perdent nécessairement de leur légitimité lors qu’ils en arrivent à des scores réduits. Si toutes les voix du FN étaient étalées dans les “Divers Gauche”, le coup n’en aurait pas été plus faible pour le PS et l’UMP à mon sens. Sauf qu’on gagne en plus un message de diversité, de regard vers l’avenir plutôt que vers le passé. C’est ce message que j’aimerais voir diffusé sur les chaînes de communication plutôt que celui de la colère collective et rétrograde.

      Enfin, la dernière note d’espoir, qui est certes une maigre consolation, mais qui vaut tout de même qu’on s’y accroche : dimanche soir, environ 75% des votants n’ont pas cédé à la colère.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*